La sécurité selon Facebook (Suite et fin)

La sécurité selon Facebook
La sécurité selon Facebook

Le 21 mai dernier, j’écrivais un article sur les précautions de sécurité de la Stasi californienne Facebook, pas toujours compréhensibles et surtout ridiculment préremptoires (Adolf Zuckerberg à l’air d’oublier que ce sont ses utilisateurs qui les font vivre, lui et ses employés). Depuis, rien ne s’est arrangé.

La semaine dernière, j’ai créé un nouveau profil et une page Facebook, tous deux au nom de Vivre En Roumanie. Après quelques jours d’utilisation très mesurée, le profil à de nouveau été désactivé alors que je venais encore de partager un post sur ma propre page (Celle de Vivre En Roumanie). Après avoir laissé passer quelques jours, j’ai décidé hier de recréer pour la dernière fois un énième profil. Et là, le totalitarisme ubuesque a atteint son paroxisme . Je créer un compte sous mon vrai nom (Franck Ridel), j’ajoute seulement une photo de profil et une image de couverture, j’envoie 2 demandes d’ami, discute avec l’un d’entre eux pendant 5mn sur Messenger, et je pars quelques heures boire un verre avec des amis. À mon retour, j’ouvre le laptop : le profil tout neuf était déjà désactivé…

La sécurité selon Facebook
Une fois de plus…

Leurs soi-disant mesures de sécurité tournant au ridicule, je vais abandonner l’idée d’être présent sur ce réseau anti-social. Et bien évidemment, ils ne donnent aucune raison valable quant à cette précaution de sécurité. La meilleure supposition que j’ai pu trouver est le fait que j’utilise un numéro mobile français alors que je suis en Roumanie, mais ça ne tient pas la route. Toutes les personnes qui voyagent se retrouveraient dans la même situation, ce qui ne semble pas être le cas, de nombreux digital nomads sont présents sur ce site.

Si un jour « Suckerberg » décide de devenir adulte et jette Mein Kampf dans sa cheminée, je pourrais peut-être faire une nouvelle tentative. Je ne vous cache pas que Facebook est très utile pour promouvoir un site et avoir une bonne visibilité auprès de personnes partageant des centres d’intérêts communs. Mais pour l’instant je ne vois aucune autre solution que d’abandonner.

La suite se fera donc, comme dit dans le précédent article sur ce sujet, principalement sur Google+ (Perso et communauté) et Twitter ainsi que Instagram  et Linkedin (Et aussi Snapchat que j’oublie toujours d’utiliser). Même si le World Wide Web n’existait pas encore, il y avait déjà une vie online quand le petit Zuckerberg faisait popo dans sa couche, il n’est pas impossible de continuer sans Facebook.

Maintenant, revenons à des choses plus sérieuses. D’autres articles arriveront ce week-end sur le dernier meetup « Rencontres Francophones à Bucarest » du 31 mai ainsi que sur 2 lieux à connaître pour ceux qui veulent sortir la nuit à Bucarest. Il y aura une présentation aussi d’un nouveau collaborateur qui publiera des articles ici : Jean-Noël Heb qui a déjà une tribune Objectifeco.

Bonne fin de week-end à tous et désolé pour ces désagréments (Même si je n’en suis pas la cause).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *